Styliste, porte-parole des nouvelles tendances

« Si une grande partie des jeunes créateurs rêvent de s’illustrer dans la haute couture, ils ont pourtant plus de chance de trouver du travail du côté du prêt à porter et plus encore dans le secteur du stylisme industriel. L’expansion de chaines européennes comme H & M ou Zara offre désormais aux stylistes la possibilité de mettre leur talent au service de la grande distribution », constatent Sophie Le Gall et Julie Giniès dans le Guide les Métiers de la Création, édité par Studyrama

Voilà une profession qui demande de la sensibilité et une grande curiosité pour tout ce qui est nouveau. En phase avec l’air du temps, le styliste capte les nouvelles tendances pour créer aujourd’hui ce qui se portera demain. L’originalité et un bon coup de crayon ne sont pas suffisants. Environ 15 % de son temps de travail est consacré à la création pure ; Pour le reste, Il doit  savoir s’adapter et connaître avec précision les contraintes techniques de production, ainsi que les lois du marché et le marketing. Il doit pouvoir utiliser des outils de conception assistée par ordinateur, prolongation des feutres d’antan pour les mise en couleurs, pou concevoir les modèles. Une bonne maîtrise des logiciels généralistes (Illustator, Corel draw, Photoshop, Free hand, X press, Painter) désormais disponibles aussi bien sur plate forme Apple/Mac que sur PC est aussi nécessaire. Au final, un bon styliste doit connaître aussi bien le processus de création que de distribution et donc pouvoir agir comme un chef de produit.

Styliste chez Decathlon

Segolene Dejonge, styliste chez Decathlon, est par exemple responsable des collections maillot de bain piscine et plage pour la femme, l’homme et les enfants. « Au départ je réalise des déplacements, shoppings, recherches afin de me créer mes tendances de la saison suivante (1an ½ à l’avance), puis je synthétise ces informations pour en tirer 4 ou 5 thèmes de tendances appropriés à Decathlon. A partir de là, j’établis un partenariat avec mes fournisseurs d’imprimé, et je construis progressivement ma gamme, de manière globale, pour redescendre ensuite modèle par modèle. Je gère la création des formes, d’imprimés, de motifs, de composants ainsi que la gamme colorée. Suite a ça, je présente ma gamme en sélection à ma direction commerciale qui valide ou non les produits. Les produits arrivant en magasin, je suis les ventes chaque semaine afin de voir la progression ou les problèmes liés a certains produits ».

Démarrer dans le métier

On peut débuter dans un bureau de style, structure chargée de pressentir les attentes du public et d’établir des cahiers de tendances. Les stylistes y travaillent sur différents secteurs (publicité, arts de la table, habillement) et sous diverses formes (textes, croquis, matériaux). Stagiaire, assistant puis styliste confirmé. On peut aussi viser le prêt-à-porter de grande diffusion car c’est ce secteur qui offre le plus de débouchés. Actualisant régulièrement leurs collections, les grandes marques du secteur traquent sans relâche les nouveaux talents. À chaque collection, des stylistes sont employés pour réaliser des modèles dans des délais très courts : on compte 5 à 8 jours entre le croquis et la diffusion des modèles dans les magasins. Dans l’industrie, un styliste peut devenir directeur de création ou chef de produit, s’il a des connaissances en marketing. Souvent, après s’être fait la main en entreprise, les stylistes se lancent en « free-lance ».                                    Selon le Syndicat des Stylistes, les rémunérations sont très variables selon le statut, la situation géographique, la notoriété. Les stylistes salariés gagnent, entre 1200 et 4500 euros net mensuel.

Bien choisir son école

Le Bac Pro “métiers de la mode“ est proposé par 161 établissements en France. Il forme des professionnels polyvalents capables de réaliser un vêtement de A à Z. Le BTS “design de mode“, option mode ou textile, matériaux et surface, permet de débuter comme assistant. Une dizaine d’établissements (Lycées ou Ecoles supérieures d’Arts Appliqués) préparent à ce diplôme. L’accès se fait après obtention du baccalauréat en Arts Appliqués (STIAA) ou après une année de mise en niveau en Arts Appliqués (MANAA). On observe une nette augmentation de la poursuite d’études après le BTS. Les étudiants peuvent, par exemple, préparer, en 2 ans, le DSAA (diplôme supérieur des arts appliqués) mode et environnement, à l’école supérieure des arts appliqués Duperré ou essayer de décrocher le prestigieux diplôme de l’Ensad (École nationale des arts décoratifs) spécialisation design-vêtement) dont l’accès se fait sur concours.

Les écoles privées abondent dans le secteur de la mode  mais leurs frais de scolarité sont très élevés – jusqu’à 9000 euros par an. Il est donc vital d’opter pour une école reconnue par la profession. En France, la plus connue est l’ESMOD qui forme en trois années au métier de créateur de collection, diplôme homologie par l’état niveau III. Le Studio Berçot, qui forme de stylistes en trois ans, peut s’honorer de compter parmi ses anciens élèves des stylistes de renom. L’Atelier Chardon Savard a une approche pragmatique qui passe par un contact permanent avec les entreprises. L’ESIMODE forme au management de la mode en deux ans après un bac + 2. L’école de la Chambre Syndicale de Couture Parisienne propose un cursus de 4 ans après le bac.  Mod’Art International offre un enseignement spécifique à caractère international dans la création et le management de la mode. Le Créapôle ESDI  se présente comme l’école de création management. Le cycle postgraduate création de l’Institut Français de la Mode s’adresse à des personnes déjà formées au stylisme.En Angleterre, la Saint Martins College of Art and Design jouit d’une réputation internationale. Tout comme l’Académie Royale des Beaux Arts à Anvers.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s