Ingénieure, offrons-lui le choix !

ingenieuses« Ingénieure, offrons lui le choix ! » est  le slogan choisi pour la cinquième édition du concours “Ingénieuses“ de la CDEFI, en partenariat avec l’association Pasc@line et le Bureau Europe de l’Ouest de l’Agence universitaire de la francophonie.

Lutter contre les stéréotypes de genre

Chaque année, depuis 2011, la CDEFI (Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d’Ingénieurs) organise, à l’initiative de ses écoles membres, l’opération « Ingénieuses », visant à célébrer les femmes ingénieures. L’objectif est de sensibiliser les jeunes filles à la pluralité des métiers de l’ingénierie, considéré souvent à tort comme un bastion masculin et d’inviter les écoles à lutter contre la désaffection des jeunes filles pour certaines filières ingénieur-e-s. Les projets présentés doivent répondre a minima à l’un des trois objectifs de l’opération Ingénieuses : susciter des vocations d’ingénieures chez les jeunes filles, lutter contre les stéréotypes de genre et les idées, promouvoir l’égalité femmes-hommes. En 2014, 42 projets ont été présentés et l’EPITA a reçu le prix de l’école la plus mobilisée pour son trophée Excellencia de la femme ingénieure dans le secteur des nouvelles technologies numériques !

On la voit faire autre chose mais ingénieur !

« Nos écoles savent que tout se joue au moment de l’orientation. Et pour la plupart d’entre elles les projets égalité  font désormais partie intégrante de la vie de l’établissement », souligne Christian Lerminiaux, président de la CDEFI. L’an dernier, le prix du projet le plus original a été décerné au groupe EFREI pour “Les Ails du 94“ une série de clips destinés à sensibiliser les collégiennes et les filles en école primaire pour faire tomber les stéréotypes qui mènent à une orientation sexuée. Pour Carmen Munoz-Dormoy, ingénieur de formation, directeur régional d’ERDF Champagne-Ardenne, il y a encore du boulot à faire sur l’orientation des jeunes : « Ma fille âgée de 13 ans a les idées claires et veut devenir ingénieur. Dans son collège, elle a formulé son souhait. Sa professeure a monté des groupes de travail et l’a mise d’office dans le groupe « technicienne de laboratoire ». Je n’ai pas eu le temps d’aller la voir pour avoir une explication sérieuse. Mais, j’ai trouvé ça inacceptable. J’ai une fille blonde très mignonne. On la voit faire autre chose mais ingénieur ! Ce sont des stéréotypes à l’état pur et ils sont aussi véhiculés par des femmes… »

Le métier d’ingénieur est difficile à se représenter

Marie-Sophie Pawlak, la marraine d’Ingénieuses 14, qui est aussi présidente de l’association Elles bougent, constate qu’en terminale, la parité est bel et bien là. « C’est après que les jeunes filles choisissent d’autres filières. Or, le manque d’information est à la source du problème : le métier d’ingénieur est difficile à se représenter et certains secteurs industriels ne font tout simplement pas partie du paysage des choix d’orientation des filles[…]Il faut donc leur donner la possibilité de « goûter » à ces secteurs, ne serait-ce que le temps d’une journée, et multiplier les possibilités de rencontre avec des femmes en poste. » L’ambition de Elles Bougent est donc de montrer qu’être ingénieure et féminine n’est absolument pas contradictoire. L’association s’appuie sur des marraines en activité chez les entreprises partenaires. « Ce sont des role models qui parlent aux jeunes filles, parce que ce sont des femmes comme les autres, pas des wonder women et qu’elles leur ressemblent.

Les conseillers d’orientation dirigeaient les filles vers les écoles de commerce

Sur son portail, Femme Ingénieure livre des témoignages qui permettent aussi aux jeunes filles de s’identifier avec des consœurs qui ont déjà démarré leur carrière. A l’image d’Anne-Sophie Meyer EPITA – Promo 2009
, Consultante au département “Services Financiers“ de Capgemini et teamleader d’une équipe de 5 personnes en France et 7 personnes en Inde au sein d’un projet pour une grande banque européenne. « Quand j’étais au lycée, j’étais préoccupée par ce que j’allais faire plus tard car aucune matière ne m’intéressait au point d’y consacrer toutes mes études ; mon idée était de faire quelque chose de vraiment différent. Les conseillers d’orientation dirigeaient les filles plutôt vers les écoles de commerce. Alors quand un ami m’a parlé de cette école d’informatique, l’EPITA, je me suis dit « pourquoi ne pas essayer ? ». J’y suis entrée un peu par hasard – j’avais quelques notions d’informatique acquises au lycée – Après 5 ans d’études, j’ai appris à vraiment aimer cette discipline. »

La situation n’est pas meilleure aux Etats-Unis

A l’aube de ses 90 ans, l’EPF, suivant ainsi les recommandations du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes, a féminisé son logo « EPF Ecole d’ingénieur-e-s » remplace ainsi « EPF Ecole d’ingénieurs ». « Féminiser le titre d’ingénieur dans notre logo, c’est valoriser notre volonté de diplômer autant d’ingénieures que d’ingénieurs, en dépassant l’autocensure qui a encore la vie dure au niveau de l’orientation, quand on sait que un ingénieur sur cinq seulement est une femme en France », explique Cécile, Bourbon, directrice de la Communication & des Partenariats et référente égalité F/H de l’EPF. La situation n’est pas meilleure aux Etats-Unis où les femmes sont aussi sous représentées. Elles sont 17 % d’ingénieures chez Google, 20 % chez Apple, à peine 15 % chez Facebook et 21 % chez Pinterest selon Tracy Chou, ingénieure réputée qui a quitté Pinterest après que son patron ait engagé un homme à sa place. Les chiffres ne mentent pas. Ces mauvais résultats ne sont pas seulement dus au manque criant de femmes diplômées dans le secteur high tech. Ils sont aussi dus au fait que les start-ups ne savent pas garder leurs éléments féminins.

c

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s